Histoire Hostellerie du Mont Kemmel ****

Cette page raconte une chose et une autre sur l'histoire de notre hôtel / restaurant Hostellerie du Mont Kemmel **** : ses propriétaires, ses gérants, ses cuisiniers et ses maîtres de cour. Il regorge de nombreux faits et anecdotes.

Hostellerie du Mont Kemmel  **** est situé près du sommet de la Flandre (156 m) et a été ouvert en 1954.
Hostellerie du Mont Kemmel **** est situé près de la plus haute colline de Flandre (Kemmelberg, 156 m) et a été ouvert en 1954. Cette photographie, plutôt inhabituelle du point de vue de la perspective, a été prise depuis la vallée, depuis la Beukelaarstraat.

Chronique du jonkheer et de son "Netty"...

L'"hôtellerie" est une initiative du maire de Kemmel Jonkheer Jacques Bruneel de la Warande (Courtrai, 15 janvier 1891 - Kemmel, 9 janvier 1964). Il était le fils de Jonkheer Gustave Bruneel de la Warande (1863-1932, sénateur et également maire de Kemmel) et était mariée à la baronne Marie-Antoinette de Montalembert d'Essé (1892-1993). Ils vivaient dans leur château nouvellement construit au pied du Kemmelberg, aujourd'hui l'hôtel de ville de Heuvelland.

Château du baron Jacques Bruneel de la Warande.
Château de Jonkheer Jacques Bruneel de la Warande. En 1925, il construit cet imposant château de style néo-Renaissance, en remplacement du château détruit par la guerre. Le couple y a vécu jusqu'à la mort de Jacques Bruneel en 1964. Source : © Westhoek Depicted.
Château original du baron Jacques Bruneel de la Warande.
C'est le château original de Jonkheer Jacques Bruneel de la Warande. Cependant, ce château est parti en flammes à la fin de 1917. Source : © Westhoek Illustrated.
Le baron Jacques Bruneel de la Warande, alors propriétaire de Hostellerie du Mont Kemmel
Jonkheer Jacques Bruneel de la Warande, alors propriétaire de Hostellerie du Mont Kemmel , sur la terrasse. (Date exacte d'enregistrement inconnue).

Le jonkheer voulait stimuler Hostellerie du Mont Kemmel le tourisme naissant à Kemmel. Lors de l'inauguration du bâtiment en avril 1954, deux pierres commémoratives vitrées, placées de part et d'autre de l'entrée du bar, ont été dévoilées. Pourquoi deux pierres ? Eh bien, une en néerlandais et une en français : "Noblesse oblige".

Carte de prière Baron Jacques Bruneel de la Warande (9 janvier 1964) - (Source : Alain Leroy / Patrick Geelhand de Merxem)
Le maire Jacques Bruneel de la Warande est décédé à Kemmel le 9 janvier 1964. Sa femme, la baronne Netty, vivra pas moins de 29 ans de plus. Elle devait succéder à l'Hostellerie Mont Kemmel. Elle a fini par accepter un accord de rente avec le brasseur Depuydt. (Source carte de prière : Alain Leroy / Patrick Geelhand de Merxem)
Couloir vers les salles de séminaire. Dans ce couloir sont accrochées plusieurs œuvres de la baronne propriétaire "Netty" : elle était également engagée dans la peinture et avait des expositions à Paris et à Bruxelles. Au moins une de ses œuvres a également été exposée dans une ambassade belge. Nous avons été contactés à plusieurs reprises par des personnes qui nous ont proposé des peintures d'elle.
Couloir vers les salles de séminaire. Dans ce couloir sont accrochées plusieurs œuvres de la baronne propriétaire "Netty" : elle était également engagée dans la peinture et avait des expositions à Paris et à Bruxelles. Au moins une de ses œuvres a également été exposée dans une ambassade belge. Nous avons été contactés à plusieurs reprises par des personnes qui nous ont proposé des peintures d'elle.
Carte de menu Hostellerie du Mont Kemmel (page 1). La couverture montre un tableau de la baronne de l'époque, "Netty" (Marie-Antoinette de Montalembert d'Essé (1892-1993)). [source Véronique Geissler]
Carte de menu Hostellerie du Mont Kemmel. Cette couverture montre un tableau de la baronne "Netty" de l'époque. Ses créations ont souvent été inspirées et influencées spirituellement par ses voyages. Souvent, un oiseau exotique apparaît sur ses œuvres, comme ici aussi.

Au début des années 1950 : les plans du bâtiment...

Vous trouverez ci-dessous quelques extraits des plans originaux du bâtiment de Hostellerie du Mont Kemmel ****. Nous les avons demandées au conseil municipal en 2014. Les plans du bâtiment, datés du 30 janvier 1953, ont été signés par les autorités d'Ypres. l'architecte Henri Viaene. Il vivait à la Kiplinglaan à Ypres (près de la Porte de Menin).

Il me semble tout de suite qu'il était encôté vallée fait prévu que ce soit l'entrée principale. Dans ce plan, il y avait des portes d'entrée au milieu du bâtiment. Ces derniers seraient situés sur le grand escalier qui donne accès à la cour. Il y avait un garage et deux emplacements couverts (où se trouve maintenant la salle "Jupiter"). Au-dessus de la partie centrale, où se trouve maintenant le bar, se trouvait l'enseigne "Gasthof Kemmelberg". Les deux étages inférieurs, et bien sûr toutes les cheminées massives, étaient en pierre, les deux étages supérieurs sont une construction en bois. La toiture était présentée dans le plan comme étant bleu-gris, mais elle est finalement devenue une couverture rouge-rose (encore visible aujourd'hui).

Hostellerie du Mont Kemmel  Plan de construction **** : vue sur la vallée.
Hostellerie du Mont Kemmel Plan de construction **** : vue sur la vallée.

N'est-il pas normal qu'un bâtiment ait des portes d'entrée du côté "le plus spécial / le plus beau" ? N'est-ce pas ? Normalement oui, mais cela ne dépend pas du maire : l'histoire a un cours particulier. Nous avons toujours entendu dire que les plans des bâtiments devaient être modifiés "à la dernière minute". En effet, si elles avaient été réalisées de cette manière, avec une porte d'entrée sur le territoire de Dranouter, le constructeur n'aurait pas eu le "libre jeu". De plus, il aurait dû des impôts à une autre municipalité que celle dont il était maire. Et ce n'était certainement pas souhaitable. Il a alors été décidé de faire l'entrée officielle (disons l'entrée actuelle) à l'"arrière" du bâtiment, à l'origine. Après tout, la porte d'entrée actuelle de Hostellerie du Mont Kemmel (et seulement cela !) se trouve juste sur le territoire de Kemmel. Et avec une adresse postale de Kemmel, le constructeur-maire avait un peu plus de "liberté" pour faire ce qu'il voulait. Ce que presque aucun des clients de l'hôtel ne sait aujourd'hui, c'est qu'ils entrent en fait dans le bâtiment par l'arrière prévu. Cela doit être unique pour un hôtel ! Voilà pour cette anecdote intéressante.

Hostellerie du Mont Kemmel Plan du bâtiment : façade ouest (côté salon).
Hostellerie du Mont Kemmel Plan du bâtiment : façade ouest (côté salon).
Hostellerie du Mont Kemmel Plan du bâtiment : façade est (côté restaurant).
Hostellerie du Mont Kemmel Plan du bâtiment : façade est (côté restaurant).
Plan de construction Hostellerie du Mont Kemmel : plan de situation.
Plan de construction Hostellerie du Mont Kemmel : plan de situation. On peut noter ici que l'espace situé à l'côté vallée avant du bâtiment Hostellerie du Mont Kemmel a été prévu comme "terrain de jeu".
Hostellerie Mont Kemmel dans les premières années
Hostellerie Mont Kemmel dans les premières années

Certains des plans de base peuvent être Hostellerie du Mont Kemmel trouvés ici.

Le bar de Hostellerie du Mont Kemmel  (1965 ?)
Le bar de Hostellerie du Mont Kemmel (Anno 1965 ?). Le bar contient encore de nombreux éléments d'origine comme on peut le voir sur cette photo : les tables de fermiers en bois, le bar et l'armoire à boissons, les portes et les finitions en bois, les rebords de fenêtres vitrés en vert. Tout cela est toujours là.

Un bref historique des gestionnaires et de la clientèle...

Hostellerie du Mont Kemmel a été officiellement inauguré en avril 1954. Dans les premières années, ce sont surtout les "mieux lotis", la bourgeoisie, qui sont passés par là. À cette époque, les barons du textile de Roubaix et les directeurs des ports de Dunkerque, entre autres, fréquentaient régulièrement le "gasthof". Les Kemmelnaar ordinaires, disent "les bâilleurs", n'étaient pas aussi bien accueillis à cette époque. Avec la population plus âgée de Heuvelland, cela joue encore un rôle aujourd'hui. Beaucoup de gens pensent encore que "Mont Kemmel", parce que c'est ainsi que l'auberge était et est encore appelée, n'est pas pour Jan Modaal (aujourd'hui complètement à tort 😉 ). On parlait alors beaucoup de français. Et, on peut le dire, c'était assez cher : on nous a dit qu'une femme de ménage, qui travaillait à l'Hostellerie à l'époque, devait travailler au moins une heure et demie pour pouvoir payer un café. À titre de comparaison : si nous devions maintenant payer une femme de ménage 10 €/heure comme salaire, nous devrions demander environ 15 € pour un café aujourd'hui pour être au même niveau de prix qu'auparavant. Oui, c'est à ce point que c'était cher. Heureusement, il est maintenant 5 fois moins cher ! L'intention était de tenir l'homme du peuple à l'écart. C'était une stratégie consciente. Cela nous a été dit personnellement, et sans hésitation, par l'un des propriétaires. Cela donne une bonne idée de la cherté du "Mont Kemmel" à l'époque. Aujourd'hui encore, des gens de la région viennent parfois nous dire qu'ils "arrivent enfin à entrer" au "Mont Kemmel". Enfants, ils sont venus au Kemmelberg pour regarder les clôtures et voir s'ils ne pouvaient rien voir de ces "riches puants", euh, de ces gens riches. Pour eux, c'était un monde totalement différent, celui du "Mont Kemmel". 😉

Le premier directeur (gerant), entre 1954 et 1975, était un maître de Knokke : Walter Geissler. À l'époque, on pensait qu'il n'était pas possible de recruter des maîtresses ou des cuisinières de haut niveau sur place. "Monsieur Waltèr" (prononcer sur son français), comme on l'appelait habituellement, venait de l'ancienne République tchèque - Slovaquie. Des images de cette période se trouvent dans notre album Facebook- "HMK Generation I 1954-1975 (Walter Geissler)". La famille Geissler a construit une modeste villa au pied du Kemmelberg. Certaines plantes, des rhododendrons pour être plus précis, ont été plantées dans le jardin de cette maison. Selon Marika Strobbe, consultante en gestion du paysage chez Immovable Heritage, il s'agissait d'une plantation typique pour les maisons de campagne à cette époque. Plus tard, cette maison familiale de la famille Geissler a été exploitée par Sven Martein comme brasserie "De Alverman". Après son départ pour créer une nouvelle entreprise de restauration à Stavele, ce bâtiment était vacant depuis des années. Il est actuellement en cours de transformation en maison privée.

Sticker Hostellerie du Mont Kemmel, Belgique
Autocollant "Hostellerie du Mont Kemmel, Kemmel, Belgique". Ce genre d'autocollants était remis aux invités. Avec ces autocollants, ils pouvaient prouver à des tiers qu'ils avaient été au "Mont Kemmel". Il était généralement collé sur les valises. Le blason au milieu est celui du premier directeur Walter Geissler.

Dans une seconde période, de 1975 à 1990, il s'agissait principalement d'un fabricant de métiers à tisser. Picanol qui était, disons, le plus gros client deHostellerie du Mont Kemmel ... On raconte que le restaurant était parfois plein l'après-midi, avec seulement les membres du conseil d'administration et les cadres de Picanol, leurs vendeurs et les clients internationaux. C'est précisément pour cette raison que le restaurant devait se présenter Hostellerie du Mont Kemmel comme un hôtel "international" et devait certainement avoir une certaine classe/apparence. À l'époque, il y avait un véritable "Country Club" pour Picanol au rez-de-jardin (dans l'actuelle salle "Jupiter"). L'Hostellerie a également souvent été le point de rendez-vous de nombreuses parties de chasse. Celles-ci se sont poursuivies à l'Hostellerie jusqu'à la reprise fin 2012, voire en 2013.

Le deuxième propriétaire Hostellerie du Mont Kemmel était le Luxembourgeois Martin Herbrand. Des photos de son époque se trouvent dans notre album Facebook "Generation II 1975-1990 (Martin Herbrand - Annie Tant)". Après avoir quitté l'hôtellerie, Meesterkok Herbrand a ouvert son propre restaurant au "Romarin" dans une petite ferme de Nieuwkerke. M. Herbrand est décédé à l'âge de 69 ans le 23 mai 2010 ( In Memoriam ).

Le troisième troupeau était composé de Solange Bentin et Erwin Van der Keelen. Des photos de leur période se trouvent dans cet album Facebook : "HMK Generation III 1990 - 2012 (Bentin - Van der Kelen)".

Le 12/12/12, une date extrêmement facile à retenir, Kristine De Loose et Philippe Vercoutter ont pris la relève en tant que quatrième couple.

La cuisine et ses cuisiniers...

Dans les premières années de Hostellerie du Mont Kemmel ****, c'est-à-dire au début des années 50, les chefs n'avaient pas autant de prestige qu'aujourd'hui. Sont-ils aujourd'hui, malheureusement trop, considérés comme des étoiles, à l'époque c'était complètement différent. Ils travaillaient dans des caves sombres et dans des conditions de travail tout sauf agréables. Heureusement, ce n'était pas Hostellerie du Mont Kemmel si mal : depuis la cuisine, les cuisiniers avaient une vue directe sur l'allée. Au moins, ils avaient encore la lumière du jour dans leur cuisine, un luxe que beaucoup d'autres cuisiniers ne connaissaient pas. Quand on regarde avec les yeux d'aujourd'hui, on ne peut s'empêcher de remarquer que les conditions de travail de l'époque étaient plutôt primitives. Heureusement, les frais de personnel étaient alors beaucoup moins élevés, ce qui leur permettait de travailler avec des brigades de cuisine encore plus importantes.

Chef Raymond Doulet (photo de 1960-1966)
Sur le côté gauche de l'image : Chef Raymond Doulet (photo de la période 1960-1966).

L'un des premiers chefs (si ce n'est le premier ?) à avoir cuisiné pour Hostellerie du Mont Kemmel Raymond Doulet. Saviez-vous qu'il était même un auteur ? Eh bien, au moins un de ses livres est sorti. Titre ? "Jeanine, fille de Satan" (Maison d'édition "La Pensée Universelle", 1975, 88 pages). Nous ne savons pas si le Kemmelberg, ou son hôtellerie, y a joué un rôle important. Nous ne savons pas non plus s'il était un écrivain doué ou non...

Le livre "Jeanine, fille de Satan".

Comme on l'a dit, les conditions de travail étaient loin d'être idéales, mais apparemment, de nombreux jeunes chefs ont voulu venir sur Hostellerie du Mont Kemmel en raison de son statut. À l'époque, ils admiraient le "Mont Kemmel" au sens propre comme au sens figuré.

Plusieurs cuisiniers qui travaillaient autrefois en cuisine Hostellerie du Mont Kemmel ont depuis ouvert leur propre restaurant. Par exemple, le chef Franz Van den Weghe l'a construit avec Monique Dekeerle en 1960, l'hôtel/restaurant".Le Hollemeersch" au pied du Kemmelberg. Rik Vansevenant a ensuite dirigé le restaurant du "Belvédère" sur le Kemmelberg, puis le "Trilogie("Kemmel"). Et comme nous l'avons écrit plus haut, Martin Herbrand a ensuite ouvert le restaurant "Romarin" (Nieuwkerke).

Daniel Dupuis est un chef qui a également un CV remarquable. En 1987, il a été proclamé "Premier Chef de Belgique" (Prosper Montagné). Pendant de nombreuses années, il a été le chef personnel de la défunte Le roi Baudouin (et pendant un certain temps à Roi Albert II) ont été. Il était également présent lorsque le roi est mort en 1993 dans leur maison de campagne "Villa Astrida" à Motril, en Espagne. En 2013, il a été pendant un an le chef de Hostellerie du Mont Kemmel . Cependant, pour des raisons personnelles, il a malheureusement dû quitter l'entreprise.

La salle et ses maîtres (Maîtres)...

Hostellerie du Mont Kemmel a connu quelques maîtresses remarquables. Le premier directeur Walter Geissler, lui-même ancien maître d'hôtel à Knokke, connaissait très bien les ficelles du métier de "maître". Il était connu pour son approche résolue.

Walter Geissler, directeur de l'Hostellerie Mont Kemmel
Walter Geissler, directeur de l'Hostellerie Mont Kemmel
Début des années 60 : l'ensemble de l'arsenal de Hostellerie du Mont Kemmel . On reconnaît à gauche le directeur Walter Geissler (= le premier directeur). A côté de lui se trouve le chef Raymond Doulet. Le cuisinier intermédiaire est Antoon Bommarez (qui a plus tard fondé l'organisation à but non lucratif Westvlaamse Grootkeukenkoks). Photo tirée des archives d'Antoon Bommarez, cuisinier à HMK 1960-1966].
Début des années 60 : l'ensemble de l'arsenal de Hostellerie du Mont Kemmel . On reconnaît à gauche le directeur Walter Geissler (= le premier directeur). A côté de lui se trouve le chef Raymond Doulet. Le cuisinier intermédiaire est Antoon Bommarez (qui a plus tard fondé l'organisation à but non lucratif Westvlaamse Grootkeukenkoks). Photo tirée des archives d'Antoon Bommarez, cuisinier à HMK 1960-1966].
Terrasse de l'Hostellerie Mont Kemmel dans les années 50.
Terrasse de l'Hostellerie Mont Kemmel dans les années 50.
Livre d'or de HMK - 40e anniversaire de la "Bataille des Flandres
Extrait du livre d'or du "Mont Kemmel" - Rencontre à l'occasion du 40e anniversaire de la "Bataille des Flandres" (4 mai 1958).

À l'époque du directeur Martin Herbrand Frank Verbeke le rôle d'intendant en soi. Après une carrière avec Hostellerie du Mont Kemmel lui, il a rejoint la famille Picanol Steverlynck en tant que majordome. C'est lui qui a pris en charge le futur Maître, Jean-Pierre Scharre.

Jean-Pierre Scharre à la fête de la Saint-Sylvestre de l'Hostellerie Mont Kemmel le 31 décembre 1993.
Jean-Pierre Scharre, le serveur avec son inséparable moustache à droite, lors de la fête du Nouvel An à l'Hostellerie Mont Kemmel, le 31 décembre 1993. À cette époque, ils faisaient le tour de la salle pour montrer les compétences culinaires de l'équipe de cuisine à chaque table. Le chapeau de mini-chef en papier sur le rôti a clairement "fini" la création. 😉

Ce que peu de gens savent, c'est que Jean-Pierre Scharre avait en fait postulé pour Hostellerie du Mont Kemmel travailler dans la cuisine. Il n'avait jamais travaillé ailleurs, seulement dans le cadre du stage "Schuttershof". Comme l'équipe de cuisine de l'hostellerie était alors au complet et qu'elle n'avait qu'une place de libre pour le hall, Jean-Pierre a été invité à y commencer comme serveur "juste un moment". Eh bien, il y est resté plus de 40 ans ! A part pour ramasser les pancartes au pont thermique, il n'a jamais fait un pas à l'intérieur, pour ainsi dire. Et certainement pas en tant que cuisinier ! Il était très charmant et était porté par les invités comme serveur, puis comme maître. Il est difficile de trouver une telle maîtresse aujourd'hui : c'est vraiment une race éteinte. Jean-Pierre a pris sa retraite à la fin de l'année 2019. Quelques mois plus tard, le 31 mars 2020 pour être précis, il est mort d'une hémorragie cérébrale. Sa fête d'adieu était même encore en construction. Dommage. Lisez notre "In Memoriam de Jean-Pierre Scharre“.

Chronique du domaine et des pierres...

À l'origine, la Hostellerie du Mont Kemmel propriété appartenait à Jonkheer Jacques Bruneel de la Warande. Après sa mort, le brasseur Depuydt a conclu un accord de rente avec la baronne Marie-Antoinette de Montalembert d'Essé (souvent appelée "Netty"). Le brasseur aurait eu "du malheur" car la baronne a vécu beaucoup plus longtemps que d'habitude : après tout, elle avait plus de 100 ans ! Dans la langue vernaculaire, on disait, un peu avec tristesse, que "le brasseur devait finalement payer le double de la valeur réelle de l'hôtellerie", étant donné l'âge élevé qu'avait atteint la baronne. Après la mort de son mari, le bourgmestre, elle a vécu à Ixelles (Bruxelles). Mais elle a voulu mourir à Hostellerie du Mont Kemmel Ixelles et y est restée quelques semaines au deuxième étage. Apparemment, sa dernière heure n'avait pas encore été battue et elle a dû rentrer à Bruxelles.

La baronne Marie-Antoinette de Montalembert d'Essé, en abrégé Netty.
La baronne Marie-Antoinette de Montalembert d'Essé, plus connue sous le nom de "Netty". Elle a eu plus de 100 ans. Source : Westhoek Illustrated.
Carte de prière Marie-Antoinette de Montalembert d'Essé (12 avril 1993)
Carte de prière de la baronne Marie-Antoinette de Montalembert d'Essé (12 avril 1993) (Source : Alain Leroy / Patrick Geelhand de Merxem). Notez que le titre de baronne n'a pas été utilisé ici. Il disait, assez modestement, "peintre", bien qu'il ait été également fait chevalier "officier dans l'Ordre de Léopold II".

Après la mort de la baronne Netty, le bâtiment a appartenu à la famille Depuydt-Vandermarliere pendant de nombreuses années. Ainsi, il a toujours été vrai que pendant les 60 premières années environ, la propriété, disons "les pierres", n'a jamais appartenu aux gestionnaires. C'est alors qu'un certain délabrement a commencé à se produire ou qu'un ascenseur, nécessaire pour un hôtel 4 étoiles moderne avec autant d'étages, n'a jamais été installé. Au cours de l'année 2012, il a même été notifié que l'hôtel risquait de perdre son statut 4 étoiles.

Cela a finalement changé en 2013 lorsque Philippe Vercoutter, un ingénieur-entrepreneur d'Ypres (également connu comme co-initiateur et président du projet et des Volkssterrenwachten AstroLAB IRIS dans le domaine provincial "De Palingbeek"), a acheté l'immeuble, y compris le domaine, à la famille Depuydt-Vandermarliere. Ce transfert de propriété a été un coup de tonnerre pour de nombreuses personnes de la région. Ainsi, depuis 2013, pour la première fois dans l'histoire du Hostellerie du Mont Kemmel propriétaire du terrain, le bâtiment et l'entreprise appartiennent à un seul et même parti. C'est aussi la raison pour laquelle on peut soudain investir beaucoup plus.

Au cours de la période 2013-2019, le bâtiment a été entièrement rénové dans différents domaines. Par exemple, le nombre de chambres officielles est passé de 16 à 23 (7 chambres de luxe supplémentaires ont été créées), une nouvelle salle de séminaire (la salle "Saturne") a été créée, le bar et le hall ont été rénovés, etc. L'accessibilité a également été grandement améliorée : un ascenseur a été installé, de nouveaux escaliers ont été rendus plus faciles, l'accès a été facilité pour les personnes handicapées, etc. Bien que le bâtiment lui-même ne soit pas officiellement protégé, on a toujours gardé à l'esprit, pendant tous les travaux, que l'authenticité du bâtiment n'était pas compromise. Il a donc été rénové dans le respect de l'histoire. En 2013 et 2018, elle pourrait Hostellerie du Mont Kemmel facilement voir son niveau 4 étoiles certifié.

Et ainsi, la "grandeur", quel que soit le nom qu'on lui donne, est tranquillement revenue du passé. Mais à condition que maintenant "Jan & Alleman" soit vraiment le bienvenu ! 😉

Pour finir : savez-vous que nous avons encore régulièrement une invitée qui estdepuis le premier Hostellerie du Mont Kemmel jour ? Elle avait 14 ans, disons 14 ans, lorsqu'elle a fait connaissance avec l'entreprise pour la première fois. Elle a 80 ans maintenant. Et pourtant, cette folle et charmante dame vient à son Hostellerie sur le Kemmelberg avec tout autant de plaisir. Qui lui fait ça ?

Voilà pour les 66 ans d'histoire du Hostellerie du Mont Kemmel .

Rédigé le 18 avril 2020 par l'hôte et l'hôtesse actuels.

Remarques, anecdotes, photos et ajouts sont toujours les bienvenus à info@montkemmel.be . Les dessins et peintures de la Baronne Netty sont également les bienvenus.

Nous souhaitons ainsi remercier chacun pour sa contribution, le transfert de ses souvenirs, ses photos, etc.. :

  • Anthony Bommarez
  • Mme Geissler, épouse de Walter Geissler.
  • Annie Tant
  • Monique Dekeerle (+ 2018)
  • Frank Verbeke
  • Jean-Pierre Scharre (+ 2020)
  • Jan Van Den Weghe
  • Alain Leroy
  • Patrick Yellow Hand the Merxem
  • Walter Tailly
  • et tant d'autres dont les noms nous ont échappé.